samedi 24 juin 2017

Festival chorégraphique Format

FESTIVAL Chorégraphique #7
Samedi 1er juillet 18h !
Maison du Parc - Jaujac

Prendre la route et arriver ici entre chien et loup... À la tombée de la nuit, la danse embrasse ceux qui continuent à se promener dans les bois. Il nous faut être nombreux pour peupler cet instant volé au réel. Ensemble entre plaisir et risque, nous ferons corps, mouvements, regards !
 
DANSER DANSONS DANSEZ
Le festival chorégraphique #7 vous invite à traverser l’expérience de la durée d’une nuit de danse, à faire corps commun avec les artistes. Pas d’horaires de spectacles, seul un unique rendez-vous inaugural à 18h pour entrer dans cette aventure collectivement. Pour éclairer cette nuit de danse, nous vous proposons de :
 
• Porter des habits de lumières
• Venir pour l’entrée en matière à 18h
• Se voir, se présenter, se mettre en appétit
• Ensemble avancer dans la nuit, plonger dans les spectacles, se nourrir, festoyer
• Danser et danser...
 
RETROUVEZ NOUS ! La librairie sera présente avec des ressources littéraires sur l’art et la culture chorégraphique, le paysage, le territoire, le spectacle vivant, l’éducation populaire...


lundi 5 juin 2017

Dédicace Chloé Gabrielli et Eric Fleury


Voir ailleurs si elle y est

Chloé Gabrielli / Eric Fleury / Mathilde Burguière

Livre-CD
A paraître le 24 mai 2017
IRFAN (le label)
20 €


 "Lorsque Mildred était montée sur la barque en cette nuit de décembre, elle n'avait rien pris le temps d'emporter, ni valises, ni souvenirs, ni mots d'adieu. Seul son petit coffre de bois clair finement travaillé lui servirait de compagnon, de confident. Elle l'avait serré contre elle comme nous nous raccrochons le dernier fil qui semble nous rattacher à la vie. Seul Golwen l'avait accueillie, écoutée, comprise."

D'où vient-elle ? Quel est son secret ? Quelle graine va-t-elle semer dans le cœur de Golwen pour que la mer l'appelle autant ? Quel voyage Golwen se prépare-t-il à faire pour aller voir ailleurs si elle y est ?
Une histoire illustrée en peinture et en musique pour tout le monde.

Réunir Eric Fleury, Chloé Gabrielli et Mathilde Burguière, c'était un peu comme une évidence. Des tableaux qui jouent avec les mots, des sons qui chantent la couleur du monde, des mots dont le son laisse longtemps son empreinte aux oreilles.
Dans Voir ailleurs si elle y est, ils nous parlent d'amitié, de découverte, du monde, de la séparation, du deuil aussi, mais surtout de l'amour, du voyage et du regard des autres.
C'est un conte pour tous, tout doux mais aussi grave, qui rappelle avec force et couleurs, en musique, que nous sommes tous du même monde.
 
Chloé Gabrielli et Eric Fleury
viendront dédicacer cet ouvrage à la librairie
le samedi 10 juin de 17 h à 19 h
Venez nombreux !


mardi 2 mai 2017

Comment tout a commencé

Liuna Virardi
éd. MeMo
15 €
Au commencement de notre terre, le feu, puis l'eau.
Puis le temps.
Beaucoup de temps, un temps inimaginable, pour que se forment les premières bactéries, puis de ces bactéries des formes de vie, minuscules d'abord et multiples, changeantes... dans l'eau, sur terre, dans l'air.
Et puis, nous ! Homo Sapiens qui entre en scène il y a 1.8 millions d'années (c'est comme si c'était hier...).
 
Liuna Virardi nous offre, avec ce magnifique album, un voyage dans le temps autant qu'une rêverie sur le temps qui passe, au fil d'une frise sans texte déroulant la chronologie de l'apparition de nombreuses espèces végétales et animales, comme une longue chaîne ininterrompue. 
Dans le texte qui précède et suit ce voyage, elle nous fait part de son émerveillement devant la multiplicité du vivant, mais aussi de sa fragilité, mettant en exergue les quatre extinctions de masse qui ont déjà eu lieu et notre responsabilité à empêcher qu'une nouvelle n'advienne : "Plantes, animaux, êtres humains, nous faisons tous partie du même ensemble, et il nous appartient aujourd'hui de le protéger".
 
Claire

Contes de fesses

Benjamino Caldo
éd. Hélium
9.90 €
Quand un auteur jeunesse se lâche...
Ecrire et dessiner pour la jeunesse, c'est beau, c'est gratifiant, c'est édifiant... mais parfois, la tentation doit être grande de laisser un peu tomber les bons sentiments et le respect des convenances ! Et le résultat ne manque pas de piquant...
Il a beau essayer de se cacher derrière un pseudonyme, on l'a bien reconnu, Benjamin Chaud ! Il nous régale, dans ce délicieux petit recueil -  à ne pas mettre dans toutes les mains - de saynètes mettant en scène les personnages les plus emblématiques des contes de fées dans des situations et des pratiques sexuelles des plus osées !

Attention à la crampe des zygomatiques, et prenez garde à ce qu'il ne tombe pas entre les mains de vos chers bambins, ils ne s'en remettraient pas car ce n'est vraiment pas un livre pour enfants, même si, comme le rappelle la 4e de couverture, il "incitera peut-être à les concevoir avec humour" !

Claire

samedi 29 avril 2017

Les porteurs; T1 Matt

C. Kueva
éd. Thierry Magnier
14.90

Gaëlle a choisi d’être femme, Flo hésite encore. Matt, lui, sait que dans trois mois, il deviendra un homme.
Dans cette société, tous les enfants naissent hermaphrodites. A seize ans, les adolescents doivent choisir leur sexe. Tous, sauf ceux atteints d’une déficience qui les condamne à un autre destin. On les appelle les Porteurs. Matt découvre qu’il est l’un de ceux là.

Mais que cache vraiment la déficience des Porteurs ? Pourquoi l’État les tient-il sous haute surveillance ? Une formidable histoire de manipulation, de secret d’Etat, et bien entendu d’amour.

Catherine Cuenca nous emmène dans une dystopsie  où après une catastrophe nucléaire les naissances et le sexe sont régulés. Les naissances ne se font plus qu'in vitro et par césarienne et le sexe de chacun se choisit à 16 ans.
L'amour, les relations de couples, l'homosexualité, l'amitié, les trahisons seront autant de sujets qui traverseront les réflexions des lecteurs. 

Lectorat : jeunes adultes, à partir de 14 ans
 
Arnaud

La fille du marchand de figues de barbarie

Muriel Bloch
Illustrations Sarah Loulendo
éd. Magnard jeunesse
16.90 €

A Alep, un marchand de figues de Barbarie est arrêté par décret du roi, car le souverain ne supporte plus les vendeurs ambulants dans la rue.
 
Mais comment sa fille Selma survivra-t-elle si son père est enfermé ? Sans plus attendre, Selma décide de tout faire pour le sauver.

Ayant appris que le roi organise une fête en l'honneur de son fils, la jeune fille emprunte une belle robe, des souliers à talons, et du maquillage à ses voisines pour tenter sa chance à la cour. Mue par l'urgence du désespoir, Selma se présente au palais, et rien ni personne ne l'arrêtera...

Arnaud
 

jeudi 27 avril 2017

Bouillon de culture chorégraphique avec l'association Format

ÉTUDE COMPARÉE des œuvres de la chorégraphe Mathilde Monnier
Un rendez-vous pour découvrir le paysage chorégraphique de la fin des années 1990 au début des années 2000 dans le cadre de la re-création d'un extrait de la pièce Déroutes de Mathilde Monnier avec un groupe de danseurs amateurs.
 
Comprendre la cohérence et la singularité de Déroutes dans le parcours de la chorégraphe à partir d’extraits vidéo.
 
Vendredi 5 mai à 19hAvec Thibaut Kaiser
 
Le projet Déroutes, ou la recréation d’une pièce de répertoire pour 8 danseurs amateurs
Avec les artistes Enora Rivière et Thibaut Kaiser
Déroutes, pièce de Mathilde Monnier, créée en 2002, est déambulatoire, sans début, sans fin. Déroutes réconcilie ce que l’on a communément appelé la « non-danse » de la fin des années 90 avec une véritable écriture du mouvement, et apparaît comme une pièce remarquable du point de vue de l’évolution historique de la danse.
 

Carrefour européen du 9e Art et de l'Image à Aubenas

Affiche Florence Cestac

Tous les ans, BD et Image se croisent à Aubenas le dernier week-end de mai. Un rendez-vous dont nous sommes partenaires. Cette année, les rencontres se tiendront les samedi 27 et dimanche 28 mai au Centre Le Bournot.

Sur une proposition de Claude Moliterni, co-fondateur du Festival d'Angoulême, la manifestation explore les liens de la bande dessinée avec les nouveaux territoires de l'image. Au programme : dédicaces, rencontres, expositions, conférences, ateliers...
Laurent Turpin, directeur de la rédaction de bdzoom.com, a repris le flambeau de la direction artistique. Le service culturel de la ville d'Aubenas et la médiathèque intercommunale Jean Ferrat co-organisent le rendez-vous.
 
Pour cette 11e édition, retrouvez : Amandine, Pauline Aubry, Virginie Augustin, Philippe Bercovici, Francis & Véronique Bergèse, Berik, Olivier Berlion, Pierre Boisserie, Franck Bonnet, Thierry Bouüaert, Eric Buche, Serge Carrère, Florence Cestac (invitée d'honneur), Stéphane Douay, Drac, Jean-Luc Garréra, Sandrine Goalec, Hubert, Juan, Fabien Lacaf & Nelly Moriquand, Éric Liberge, Fabrice Parme, Régis Penet, Tommy Redolfi, Alexis Robin, Patrice Serres, Jean Solé et Yannick !
 

 

L'esclave islandaise

Steinunn Johannesdottir
éd. Gaïa
23 €

En 1627 aux îles Vestmann, au sud de l'Islande, les maisons de tourbe sont fouettées par les vents. À la fin de la saison de pêche, les retrouvailles sont fougueuses, mais brèves. Une nuit, des pirates venus d'un monde lointain font irruption: ils violent, tuent, et séquestrent 400 Islandais lors de ce qu'on appellera le Raid des Turcs.

Guðriður est enlevée avec son petit garçon. Emportés au-delà des mers du Sud, ils seront tous vendus comme esclaves. La jeune femme, battue et convoitée, est mise au service d'un dey et de ses quatre épouses. Elle découvre le climat torride et les richesses d'Alger la cosmopolite. Reverra-t-elle un jour son pays natal et son homme ?

Roman d'aventures basé sur des faits réels, nous vivrons à travers la vie de Guðriður et de son fils le destin de ces femmes arrachées à leur terre natale et "jetées" dans un monde, une culture qu'elles ne connaissent pas et ont du mal à appréhender.
Nous serons amenés à partager ses doutes sur sa capacité à résister, son retour sur son île natale, ses doutes quant à son compagnon à qui elle a été arrachée...

L'auteur nous livre un récit dans lequel on se laisse facilement emmener, agrémenté d'une documentation précise sur les raids des turcs et de leur civilisation avancée au XVIIe siècle.
Un point de vue contrasté sur les différents rapports humains qui s'installent et les choix différents que chacun peut mettre en place devant des évènements tragiques.

Arnaud

Lauréats des Prix Sorcières 2017

And the winners are...
 
ça y est, les Prix Sorcières 2017 ont été décernés...
La remise des prix se déroulera le dimanche 25 juin à 11h à l'occasion de Clameur(s), l'événement littéraire de Dijon qui aura lieu du 23 au 25 juin 2017 (http://clameurs.dijon.fr/).
Le grand Gilles Bachelet nous a fait l'honneur de réaliser l'affiche (ci-contre) !

Catégorie TOUT-PETITS
Paul a dit, Delphine Chedru, éditions Hélium

Catégorie ALBUM
Petite Pépite, Nada Matta, éditions MeMo

Catégorie PREMIERES LECTURES
Björn six histoires d'ours, Delphine Perret, éditions Les Fourmis rouges

Catégorie ROMANS JUNIORS
Sally Jones, Jakob Wegelius, éditions Thierry Magnier

Catégorie ROMANS ADOS
Le fils de l'Ursari, Xavier-Laurent Petit, l'Ecole des loisirs

Catégorie DOCUMENTAIRES
Atlas des nuages, Julie Guillem, éditions Actes sud junior

Plus d'infos sur les livres sur le site des librairies Sorcières et le site de l'ABF.

mercredi 5 avril 2017

Racontine à la librairie jeudi 18 mai

Nouveau RDV de lectures pour les tout-petits (0-3 ans accompagnés par un adulte), animé par Cécile Ribeaucourt, de l'association La Marmaille.



 
Éducatrice de jeunes enfants, cette passionnée de littérature jeunesse vient à la rencontre des enfants avec des livres, des comptines et des accessoires (marionnettes...) pour les emmener dans le monde de l'imaginaire...
 
 
 jeudi 18 mai à 10h, à la librairie

Sauvons la librairie l'Eau vive à Avignon !

La plus grand librairie jeunesse de la région PACA est en grand danger de disparition, cette librairie amie, notre partenaire lors du salon du livre de St-Paul-Trois-Châteaux !

 
Ses libraires, Dominique, Amandine, Madeline, Romain et Marion nous appellent à l’aide.
Amies, amis, aidez-nous à sauver L'EAU VIVE en donnant 5,00 EUR voire plus si affinités. Vous comme nous, savons que les petits ruisseaux font les grandes rivières pleines d'EAU VIVE...

lundi 20 mars 2017

Festival Les Mots dégelés

FESTIVAL DE LECTURES EN PARTAGE
du 21 au 25 mars à Aubenas
Avec le retour du printemps, voilà le retour du Festival Les Mots dégelés !
L’association les mots dégelés a pour but l’accès pour tous au livre et à la lecture et la création de lien social. Elle a été créée en septembre 2014 à Aubenas par un collectif de personnes réunies par la passion de la lecture et engagées, professionnellement et/ou personnellement dans la transmission culturelle ; persuadées que la culture et particulièrement la lecture ne sont pas de simples divertissements mais se fondent sur une nécessité existentielle commune à tous et participent à un projet de société.

Cette volonté se traduit par l'organisation du festival qui invite à partager des moments de convivialité et de découvertes autour des livres et de la lecture. La librairie est partenaire du festival, vous pourrez nous retrouver ici ou là dans les différents temps proposés.

Au programme
 
mardi 21 mars à 20h30 à la Médiathèque Jean Ferrat
 Conférence de l'artiste Louise-Marie Cumont : livres d'art en tissu

(http://www.bm-aubenas.fr/evenements/rencontre-avec-louise-marie-cumont)
 

mercredi 22 mars à 18h30 au centre social et culturel Au Fil de l'eau
 Inauguration

Présentation de l'oeuvre collective réalisée lors de la résidence de l'artiste Sandra Dufoursur le quartier de Pont d'Aubenas
Lecture de "Au moins un" par l'auteure
 Irène Cohen-Janca (éd. Actes sud junior collection d'une seule voix)


jeudi 23 mars à partir de 18h30 au Grand Café Français
 Soirée jeu : Voyage en Ouscrapie

animée par Bertrand Boulanger
https://gelamboo.wordpress.com/a-propos/mode-dempoil/

vendredi 24 mars à 19h30 à La Bobine
 Tréma : une émission littéraire improvisée loufoque et décalée

par la Ligue Française d'Improvisation
http://www.improvisation-lifi.com/nos-spectacles/maudit-vins-pour-mots-divins/






samedi 25 mars de 10h30 à 18h au jardin public et au centre socio-culturel Le Palabre
En continu : troc-livres, juke-books, chambre d'écoute, cabane à poèmes, ateliers créatifs, espace librairie et petits éditeurs,Ouscrapo...

LES RDV du samedi
10h30 : Le Labo des Histoires, ateliers d'écriture
 11h : spectacle jeune public Les Youpiks par la Cie Bigre !
 13h : rando-lecture avec des ânes
 14h : Labo des Histoires
 14h-15h : sieste littéraire
 15h30 : lecture à voix haute par les enfants lecteurs de l'école Beausoleil
 16h : Labo des Histoires

 
... et plein d'autres choses !
VENEZ NOMBREUX ! 

lundi 27 février 2017

Le canari m'a dit, contes et poèmes d'Afrique

Anthologie établie par Réjane Niogret et Christian Poslaniec
Illustrations Sandra Poirot-Chérif
éd. Le Temps des cerises
15 €

Alors que le 19e Printemps des Poètes est placé sous le signe de(s) Afrique(s) et invite à explorer le territoire méconnu de la poésie africaine, les éditions Le Temps des cerises publient très à propos cette anthologie de contes et poèmes destinés aux enfants.

Du canari, ce pot de terre cuite rempli d'eau qui rafraîchit la maison, s'élève les voix d'auteurs tels que Amadou Hampâté Bâ, Nimrod, Tahar Ben Jelloun, ou Léopold Sédar Senghor et de bien d'autres moins connus chez nous, des textes écrits initialement en peul, swahili, français, wolof ou anglais.
Un récit, en filigrane, sert de fil conducteur à 16 chapitres thématiques (Terre, Fleuve, Maison,Feu, Désert...) organisés de la même façon : une illustration, une introduction, un conte traditionnel réécrit par Réjane Niogret puis plusieurs poèmes.
Le tout forme un ensemble à la fois très pointu et très vivant qui offre une belle initiation à la poésie et à ce vaste continent.
Claire

A l'avenir

Olivier de Solminihac
Illustrations de Junko Nakamura
éd. L’École des loisirs collection mouche
7 €

 C'est l'anniversaire de Lucas le loup. L'occasion de se réunir et de célébrer ce jour avec des amis, mais aussi un moment propice aux interrogations existentielles : « Qui suis-je ? Et quel est mon avenir ? » se demande le petit loup… 
Interrogés tour à tour, sa maman, l'agneau féru d'astrologie, le renard sociologue ou les chouettes enclines au catastrophisme (« L'avenir ! Mais ça n'existe plus! Ou-ou-ouh là là ! »), chacun a son avis sur ces grandes questions.

Mais aucune ne peut satisfaire notre héros. Et si, finalement, tout n'était pas écrit ? Alors, tout serait à inventer… 

Une petite fable philosophique très agréable à lire et délicieusement illustrée en deux couleurs par Junko Nakamura.

Claire

dimanche 26 février 2017

La piscine magique

Carl Norac
Clothilde Delacroix
éd. Didier jeunesse
12.50 €

Le roi lion a une piscine, une piscine majestueuse, une piscine magique !!! Enfin peut-être, car si tout le monde en a entendu parler, personne ne l'a vue... alors dans la jongle, on parle, ça jase, on se moque même...

Pour faire taire sa cour, le roi décide donc d'inviter 5 de ses sujets à la tester, mais seul les mieux habillés et les plus distingués auront l'honneur de la voir mais aussi de la tester ...
Un album que les plus petits apprécieront sans modération et qui ravira le narrateur par son rythme et ses dialogues. 
Une jeune illustratrice, Clothilde Delacroix, avec de très jolis dessins à l'aquarelle qui rappelle un esprit BD. 

Et si vous avez envie de poursuivre l'aventure cliquez sur le lien ci-dessous et faites fonctionner vos talents de dessinateurs et votre imagination !
Arnaud

Bitch Planet

Kelly Sue DeConnick
Valentine De Landro
éd. Glénat Comics
16.95 €

 Imaginez,
Un monde futuriste où l'homme (blanc et âgé de préférence), impose son mode de vie.
Un monde dans lequel nous devons faire très attention aux paroles que nous prononçons, aux idées que nous avançons.

Un monde duquel les femmes peuvent être mises au ban si elles sont déclarés Non Conformes, pour être trop grosses, trop noires, homosexuelle, pas assez serviles...et vous voilà dans l'univers pop et engagé de Bitch Planet !!

Ce monde dans lequel les hommes se divertissent devant un sport où tous les coups sont permis et ont le pouvoir sur la quasi totalité de la société, où ils imposent un mode de vie et de pensée tout à leur avantage... Les scénaristes de cette bande dessinée féministe engagée n'ont pas eu le chercher bien loin...
Arnaud

Shikanoko : l'enfant du cerf

Lian Hearn
éd. Gallimard jeunesse
14.90 €

A travers l'histoire de Shikanoko, "l'enfant du cerf", Lian Hearn nous emmène aux origines du "Clan des Otori".

Dans cette première partie, l'histoire se met en place dans ce Japon médiéval et mystique qui a fait le succès de la première trilogie.

Le rythme est soutenu, les personnages attachants et envoûtants.
Dans ce premier opus d'une série de 4 qui paraîtront dans l'année, Shikanoko rencontrera  tour à tour la jalousie, la trahison, l'amour au cours d'un parcours initiatique riche en rebondissements.
Arnaud

lundi 20 février 2017

Prix Sorcières 2017...

Comme tous les ans, les librairies Sorcières (adhérentes à l'Association des Librairies Spécialisées Jeunesse) et l'ABF (Association des Bibliothécaires de France) vont décerner les PRIX SORCIÈRES, qui distinguent des œuvres de littérature jeunesse dans 6 catégories différentes (tout-petits, albums, premières lectures, romans 9-12 ans, romans ados, documentaires).

Les Prix Sorcières portent sur une sélection d’ouvrages pour la jeunesse ayant le plus marqué les professionnels dans leur pratique quotidienne. Symbole de la complémentarité de 2 métiers, cette sélection réaffirme le souhait des libraires et des bibliothécaires de proposer aux jeunes lecteurs d’aujourd’hui des livres qui ne laissent pas indifférents.

Les Prix Sorcières reflètent le travail, tout au long de l'année, de près d'une centaine de libraires et bibliothécaires, qui soutiennent et défendent la liberté de production et la nécessité de la lecture pour tous au gré de l'actualité et des événements qui ponctuent nos vies.

Et voici les nominés pour l'année 2017 !

TOUT-PETITS

- Compte sur tes doigts ! Claire Dé, Éditions des Grandes Personnes
- Le chat, Céline Lamour-Crochet, Éditions Mouck
- Paul a dit : tourne la page et découvre la surprise, Delphine Chedru, Éditions Hélium
- Rouge, Michel Galvin, Éditions du Rouergue Jeunesse
- Une parfaite journée, Jennifer Yerkes, Éditions Notari 

ALBUMS

- Je suis la méduse, de Béatrice Fontanel et Alexandra Huard, Éditions Les Fourmis Rouges
- Petite pépite, de Nada Matta, Éditions MeMo
- ExtraVaGant, de Betty Bone, Éditions courtes et longues
- La Grande Forêt, de Anne Brouillard, L’École des loisirs
- Broutille, de Anne Herbauts, Casterman Jeunesse 

PREMIÈRES LECTURES

- Krol le fou, de Sigrid Baffert, L’École des loisirs
- Le petit réparateur d'insectes, de Nastasia Rugani, L’École des Loisirs
- Bjorn : six histoires d'ours, de Delphine Perret, Éditions Les Fourmis Rouges
- Les aventures de Lester et Bob, de Ole Konnecke, L’École des Loisirs 

ROMANS JUNIORS

- Jonas dans le ventre de la nuit, Alexandre Chardin, Thierry Magnier Éditions
- Hugo de la nuit, Bertrand Santini, Éditions Grasset Jeunesse
- Les chroniques d'Hurluberland, Olivier Ka, Éditions du Rouergue Jeunesse
- Sally Jones, Jakob Wegelius, Thierry Magnier Éditions
- Un enfant de pauvres, Christophe Honoré et Gwen Le Gac, Actes Sud junior 

ROMANS ADOS

- Camarades, Shaïne Cassim, L’École des loisirs
- Histoire du garçon qui courait après sa balle qui courait après son chien, Hervé Giraud, Thierry Magnier Éditions
- Jan, Claudine Desmarteau, Thierry Magnier Éditions
- Le fils de l'ursari, Xavier-Laurent Petit, L’École des loisirs
- Les petits orages, Marie Chartres, L’École des loisirs

DOCUMENTAIRES

- Atlas des nuages, Julie Guillem, Actes Sud junior
- Ça va jouer, Anna Czerwinska-Rydel et Marta Ignerska, Éditions Format
- Comment fabriquer son grand frère, un livre d'anatomie et de bricolage, Anaïs Vaugelade, l'école des loisirs
- Egyptomania, Carole Saturno et Emma Giuliani, Éditions des Grandes Personnes
- La vie d'une reine, Colette Portal, Éditions Michel Lagarde

Vous pouvez les découvrir sur la page suivante  :

et bientôt toutes les infos sur les lauréats !!!!!

Vivre, vivre encore, morsure savoureuse...

Cet ouvrage a été publié à la suite d'ateliers de pratiques artistiques multi-disciplinaires (écriture, lecture, création sonore...) menés au Centre hospitalier Sainte Marie (Privas), établissement spécialisé dans la prise en charge psychiatrique.

Né de la rencontre entre Julien Delmaire, poète slammeur, et des écrivains inconnus du grand public, ce livre met en résonance la série de photographies "Vivre, je voudrais dans la douce rumeur de la vie" de Francesco Gattoni, photographe, et le désir d'écrire de personnes hospitalisées en psychiatrie.

Ce projet s'inscrit dans le programme "Culture et santé" mené au sein du Centre hospitalier depuis 2004 en partenariat avec le Théâtre de Privas. Ce travail se traduit en ateliers de pratiques et propositions artistiques à l'intérieur et à l'extérieur de l'établissement.
Photo : Francesco Gattoni

Des patients, soignants et artistes se sont rencontrés pendant une vingtaine de séances, au delà des fonctions et des convenances, en partageant leur poésie à la fois quotidiennes et hors du temps. En exprimant et partageant ainsi leurs identités plurielles, ces auteurs réhabilitent l'humanité et la pensée au cœur de toute démarche culturelle.

Venez à la rencontre des soignants et patients 
ayant participé à ce projet  
le vendredi 17 mars à 18h à la librairie.

La rencontre sera suivie du spectacle "Ma Muse", écrit, mis en scène et interprété par Françoise Sourd.
« Après trois années "d'aventures théâtrales" au Centre Hospitalier Sainte-Marie de Privas, j'ai eu envie d'écrire un spectacle pour jouer au cœur des unités psychiatriques et rendre hommage à ceux qui, dans ces ateliers artistiques, m'ont si profondément parlé d'humanité. »

Un spectacle qui nous parle de l’inspiration artistique et aussi du dédoublement de personnalité…

Participation libre aux frais.

Rencontre avec l'auteure Jo Witek le 16 mars 2017

D.R
En partenariat avec les collèges La Ségalière (Largentière), Vallée de la Beaume (Joyeuse) et Henri Ageron (Vallon-Pont-d'Arc).

« Je n'écris pas pour les adolescents, j'écris avec un souffle adolescent. Et quel adulte n'a pas conservé en lui la tempête émotionnelle de ses 15 ans ? »

Qu'ils soient tendus et nerveux comme ses thrillers aux éditions Actes sud Junior, ou plus légers et irrésistiblement drôles comme la série des Mentine aux éditions Flammarion jeunesse, les romans de Jo Witek parlent juste aux adolescents, de leur mal-être, leurs questionnements, mais aussi de la société dans laquelle ils vivent, leur insufflant l'énergie de prendre leur place dans ce monde.




Portrait de l'auteure par elle-même :
« À l’âge de 13 ans, j’ai commencé par me faire renvoyer de chez les bonnes sœurs à cause de dizaines de lettres d’amour et d’amitié retrouvées dans mon casier. À partir de cet incident, l’expression artistique m’est devenue vitale.
Dire les textes des autres d’abord en choisissant une formation de comédienne… Écrire et lire pour les autres ensuite, en travaillant comme scénariste ou lectrice pour le cinéma. Écrire ce que je voulais enfin...
Aujourd’hui, mon chemin s'est dirigé vers l’écriture pour les adolescents, une option cohérente puisque pour moi tout a commencé à cet âge fragile où un mot peut suffire à blesser à mort ou à aiguiller le sens de toute une vie. »


Elle viendra à la librairie échanger avec ses lecteurs, 
après avoir rencontré plusieurs classes des collèges environnants, 
le JEUDI 16 MARS à 18h30 

 
                   

mardi 14 février 2017

Nos ancêtres les Pygmées

Didier Daeninckx
Jacques Ferrandez
éditions Rue du Monde
13.80 €

"Nos  ancêtres les pygmées" est un excellent  livre pour découvrir l'époque de la France coloniale  à la décolonisation en France .

Lucie et Salam vivent à Marseille dans les années 1950. A l'école, ils doivent apprendre l'histoire de "nos ancêtre les Gaulois" alors que leurs parents viennent du Sénégal pays colonisé par les français. Ousmane leur père, ne l'accepte pas. En ville, autour du port, l'ambiance est tendue. Des bateaux rentrent d'Indochine où la guerre s'est mal terminée pour la France. D'autres se préparent pour l'Algérie, où la guerre d'indépendance commence.

Ce livre est facile à lire. Il a des documents d'époques et texte pour illustrer certain passage du livre et les rattacher à l'histoire.

Pablo,stagiaire de 3e au collège de Jastres 

vendredi 27 janvier 2017

Un grand jour de rien

Beatrice Alemagna
éd. Albin Michel jeunesse
15.90 €

 Ça commence dans l'ennui et la solitude : un jeune garçon arrive, avec sa mère,  dans une maison de campagne retirée et noyée par les pluies automnales. Autre chose semble peser lourd, qui n'est qu'évoqué : l'absence du père au bon « sourire émerveillé », qui ne sera pas explicitée. Chacun est isolé dans sa tristesse, et l'enfant, accablé,  n'a envie de rien, sauf de « tuer des martiens » sur sa console, avachi sur un vieux canapé. Sommé de faire enfin  «quelque chose», il sort avec son précieux engin, et va vivre « la pire tragédie du monde » : la console tombe à l'eau...  Quel merveilleux malheur ! D'abord anéanti, le garçon va s'ouvrir à ce qui l'entoure, terre, cailloux, petites bêtes, et poser un regard neuf sur tout. Cette attention au minuscule, aux odeurs, aux petits riens de la nature le reconnecte avec ses émotions. Son visage s'éclaire tandis que la palette chromatique du paysage, d'abord brouillée et sombre, s'illumine de trouées de soleil, composant un grandiose spectacle. Rentré chez lui, l'enfant, qui a su vivre le même émerveillement que son père et s'est ainsi rapproché de lui, ou de son souvenir, peut retrouver une relation pacifiée avec sa mère, tous deux « à l'écoute du même silence ».
Claire

dimanche 15 janvier 2017

Dans la forêt

Jean Hegland
Traduit de l'américain par Josette Chicheportiche
éd. Gallmeister
23.50 €

Nell et Eva, deux sœurs, ont toujours vécu dans la maison familiale, au cœur d'une forêt. Une vie heureuse avec des parents excentriques qui leur ont fait l'école à la maison et les ont toujours encouragées à être pleinement elles-même, sous la devise : « ta vie t'appartient ».

Alors qu'elles ont 17 et 18 ans et que leur mère vient de mourir, la civilisation telle qu'elle la connaisse s'effondre brutalement : plus d’électricité, des exodes massifs et des rumeurs inquiétantes d'épidémies, catastrophes nucléaires, coups d'état à travers le monde... La ville voisine se vide et bientôt il n'y a plus d'essence, ce qui rend les déplacements impossibles.
L'isolement de Nell et Eva, dont le père va mourir aussi, est à la fois protecteur et source d'angoisse, car leur vulnérabilité est grande. Leur temps sera désormais occupé à organiser leur survie, tout en tentant de préserver un peu de ce qui a été leur vie et leurs passions : la danse pour l'une, la lecture pour l'autre. Pendant longtemps, l'espoir que tout cela va se terminer, qu'il s'agit d'une parenthèse avant le retour à une vie normale, les tient, avant que ne s'impose, brutale, la réalité : il n'y aura pas de retour en arrière. Il va falloir ré-inventer une façon d'être au monde.

Ce roman bouleversant a fait écho pour moi, même s'il en est très différent, à un autre paru à la rentrée et qui a aussi été un vrai coup de cœur : Station eleven, d'Emily St John Mandel (éd. Rivages) ; on pense aussi à La Route de Cormac Mc Carthy, au très beau roman jeunesse Automne (Jan Henrik Nielsen, éd. Albin Michel jeunesse), au Black-out de Marc Elsberg (éd. Piranha), toutes œuvres qui, chacune à sa manière, martèlent la fragilité de notre mode de vie, notre assujettissement à la technologie qui nous a coupé d'un rapport vital à notre environnement et aux autres.

Dans cette perspective post-apocalyptique, Dans la forêt (paru en 1996, avant les autres ouvrages cités – même s'il était resté inédit en France) fait le pari d'une re-connection possible à la nature, d'un retour à des savoirs ancien, où l'homme n'est plus dissocié de ce qui l'entoure mais fait corps avec lui.

Claire

Le dehors de toute chose

Alain Damasio
architecturé par Benjamin Mayet
éd. La Volte
6.00 €

Attention ! Objet littéraire hybride extrêmement stimulant !

En ces temps où la pensée est rendue inaudible par le bruit médiatique, ce petit ouvrage souffle un salutaire esprit libertaire, auquel, même si l'on n'y adhère pas, on ne peut rester indifférent. 70 pages que plusieurs lectures ne sauront épuiser, et que l'on a immédiatement envie de faire lire autour de soi, tant est précieux ce qui peut relancer et nourrir l'esprit de résistance.

Composé en deux parties, le livre s'ouvre sur un monologue dont tout, à l'exception d'« une dizaine de conjonctions et de quelques pronoms » est extrait de La zone du dehors, roman d'anticipation à forte charge politique écrit il y a près de vingt-cinq ans par Alain Damasio et qui dénonçait les sociétés de contrôle de nos pseudo-démocraties.

On est pourtant comme devant un texte nouveau puisque ces extraits ont été choisis, montés, samplés par Benjamin Mayet qui leur a donné vie sur scène avec la Compagnie Je pars à Zart. Le jeune comédien et performer, se ré-appropriant les écrits de son aîné, en a extrait ce qui résonnait le plus fort avec notre époque et avec « une parole qu'il sentait en lui sans pouvoir la nommer ».

A la lecture, ce montage percutant joue encore pleinement son rôle d'invitation à une insurrection des consciences, appelant chacun à une « quête de puissance intime », à une « rébellion de chaque instant, contre nous-même et en nous-même, contre le confort, les habitudes, le consensus qui nous mène ». Car, postule-t-il avec Descartes, il s'agit moins de changer l'ordre du monde que ses propres désirs.

La seconde partie de l'ouvrage est de la « plume » de Damasio cette fois (quoi qu'il place davantage son écriture du côté du « pied-de-biche » - « écrire, c'est tenter de desceller la plaque de la phrase, de sorte qu'un peu d'espace, subitement, y pénètre et l'évaste »).

Revenant sur La Zone du dehors, roman visionnaire à plus d'un titre, il constate pourtant qu'il n'a pas su y anticiper (un comble !) la forme que prendrait le contrôle dans nos sociétés, avec l'avènement de la technologie digitale, l'emprise des réseaux, de « l'interconnexion arachnéenne » : une société où l'on se fabrique des « technococons emmaillotés de fibres optiques qui pendent comme des sacs de chenille aux branches du capital – et qu'aucun printemps n'arrive pour l'instant à déchirer ».  
Il déplore d'autant plus ce système de contrôle que c'est par le bas, analyse-t-il, qu'il se fabrique : "le peuple se posant et se vivant comme libre" appelle de ses vœux et participe au quotidien à ce système. "L'action politique, lente et incertaine, l'envie de militer pour changer la société dans laquelle on vit pèse au final moins que 50 cm2 de surface tactile ouverte sur un réseau immense. Le monde peut continuer à rester ce qu'il est tant que je peux gérer au quotidien mon monde, tant qu'on me laisse manipuler le tamagochi des choix minuscules qui singent ma liberté."

Réflexion philosophique et politique, ce livre nous donne de l'air, tout simplement. "On en manque aujourd'hui. Parce qu'on croit que l'air vient seulement du dehors, qu'il suffit d'aller en chercher le vent, de sortir de la matrice par une porte dérobée. Le secret pourtant est simple : l'air ne se trouve pas : il se crée."


Cet auteur trop rare serait en pleine rédaction de son troisième roman, après La zone du dehors et La Horde du contrevent : c'est peu dire que nous l'attendons avec impatience !

Claire