vendredi 3 juin 2016

Le livre envolé de Piotr-Olivius Pigrim

Séverine Vidal
Didier jeunesse
collection Il était une (mini) fois
3 €
Conte

En 1979, George Perec publie une brève nouvelle, « Le voyage d'hiver », qui raconte l'histoire d'un jeune professeur de lettres découvrant un jour un livre inconnu qui se révèle être la matrice de tous les autres livres écrits par la suite, chaque auteur ayant puisé à sa source qui un extrait, une image, qui la forme de son récit...
A la suite de Pérec, au fil des ans, d'autres auteurs (Jacques Roubaud, Hervé Le Tellier…), selon la tradition oulipienne, se ré-emparent de cette histoire et lui imaginent des suites ou des compléments, créant ainsi une sorte de « roman collectif » d'un genre inédit.

A son tour, Séverine Vidal reprend le motif du texte de Pérec et en ré-écrit librement l'histoire : le jeune Piotr-Olivius Pilgrim, féru de littérature, trouve au milieu d’une forêt un livre étrange, qui lui semble à première vue composé d’extraits d'œuvres des plus grands auteurs de son temps. Mais il apparaît qu'il a été publié bien avant les autres écrits, et Piotr-Olivius en arrive à la conclusion stupéfiante que ce sont bien les auteurs qu'il connaît qui ont puisé à la source de ce même livre pour écrire leurs récits...
Il va lui aussi se servir de cet ouvrage pour en écrire un, qui ne connaîtra pas le succès. Déçu, il déchire les pages une à une, qui s'envolent et s'accrochent à un arbre. Des enfants en choisissent chacun une page et la mettent dans leur poche... Devenus adultes, chacun se servira de l'extrait qu'il a choisi pour écrire un livre, et ainsi naîtront de nouvelles grandes œuvres : la boucle est bouclée...

Une formidable mise en abyme, véritable métaphore de la littérature, cet être vivant dont les œuvres se nourrissent et s'inspirent les unes des autres, dans un mouvement sans fin.

 

Les étoiles s'éteignent à l'aube


Richard Wagamese
Traduit de l'anglais (Canada) par Christine Raguet
éditions Zoé
20 €
Roman adulte

Entre le jeune indien Franklin Starlight, 16 ans, et son père Eldon, la relation n'a été ponctuée que d'absence, de rendez-vous manqués, d'attentes déçues, de promesses trahies. Élevé avec amour par « le vieil homme », qu'il pensait être son véritable père dans ses jeunes années, Franklin n'a vu Eldon que de loin en loin, et celui-ci, abîmé par l'alcool, n'a rien su lui transmettre. Même les coutumes ojibwé et l'amour des grands espaces, il les a appris avec le vieil homme, celui-ci étant soucieux de préserver un lien avec ses origines.

Aujourd'hui mourant, Eldon rappelle son fils auprès de lui, et lui fait une étrange demande : qu'il l'emmène dans les montagnes et l'enterre assis, comme un guerrier. Le jeune homme finit par accepter et les quelques jours de ce voyage sans retour seront l'occasion pour Eldon de se libérer, pour la première fois, des secrets qui le hantent et qui ont ruiné sa vie. Réconcilié avec son fils et avec lui-même, il pourra envisager plus sereinement sa mort.
Quant à Franklin, au terme de cette expérience initiatique, il pourra construire sa vie, sachant enfin de quelle histoire il est issu, qui étaient son père, sa mère, et ce que représente le vieil homme pour lui.

Nous avons eu un très grand coup de cœur pour ce roman aux personnages inoubliables dont les voix résonnent longtemps après la lecture. On a rarement lu quelque chose d'aussi juste et d'aussi poignant sur la relation père/fils, au cœur de la complexité, de l'intelligence et de la beauté de l'âme humaine.


Holloway Jones

Evan Placey
Traduit de l'anglais (Royaume-Uni) par Adélaïde Pralon
Théâtrales jeunesse
9 €
Théâtre

« On dit que son cœur est glacé / Comme le lit métallique où elle est née / Que dans ses veines coule un poison jaune / Voilà ce qu'on dit sur Holloway Jones ».
Née dans une prison dont elle porte le nom (sa mère n'ayant pas pu la placer sous de plus favorables auspices), Holloway semble inéluctablement destinée à retourner, un jour ou l'autre, là d'où elle vient : « Née d'une telle mère / Née dans les fers / N'importe qui peut lui prédire / Un funeste avenir ». 
Elle a beau essayer d'échapper au poids de ce « fatum », essayer de se réapproprier son destin confisqué en s'exerçant au BMX, jusqu'à atteindre, presque, les podiums des Jeux Olympiques, sans cesse elle est poursuivie par la voix entêtante d'un chœur antique revu et corrigé (matons, policiers, voyous…) qui prédit et attend sa chute. Amoureuse d'un malfrat qui la mêle à ses rapines, Holloway dérape et semble bien près d’atterrir à la case prison. Mais son instinct de vie est le plus fort et elle saura se défaire des loyautés qui l'entravent, pour choisir d'écrire la suite de son histoire et rester fidèle à la promesse qu'elle s'était faite, enfant : « Je m'appelle Holloway Jones et quand je serai grande, je serai quelqu'un » : elle-même.

Un texte très fort à l'écriture envoûtante, très poétique, remarquablement servi par la traduction d'Adélaïde Pralon, comédienne, metteur en scène et traductrice, qui œuvre à faire découvrir le travail d'Evan Placey en France.

Pandora n°1


pandoraCollectif
Casterman
18 €

Casterman lance une nouvelle forme de revue entièrement dédiée à la bande dessinée. 

Le premier numéro de cette revue, ou plutôt de ce mook (contraction anglophone de "magazine" et de "book") compile dans ses 264 pages une trentaine de courts récits autonomes.
Comme l'explique l'éditeur, "tous les sujets peuvent être abordés, tous les genres revisités, tous les styles inventés sans aucune thématique imposée. La créativité et le plaisir sont prioritaires."

Pandora propose donc des histoires variées en faisant appel à des auteurs contemporains (Jean-Louis Tripp, Jean-Claude Götting, Florence Dupré la Tour, Valérie Mangin…) donnant lieu à des récits vifs, touchants ou encore absurdes

Le prochain numéro est prévu pour septembre 2016.

La tribu des enfants


Lane Smith

Gallimard Jeunesse

14 €


Un enfant solitaire est à la recherche d’une tribu qui deviendrait sa famille. 
Il croise une colonie de manchots, un troupeau de baleines, un défilé de singes, mais il continue son chemin… 
En arrivant à l'océan, il suit une piste de coquillages et finit par découvrir une tribu d’enfants, comme lui !

Un album aux illustrations toutes en douceur, qui laisse libre cours à l’imagination et dont les situations prêtent à sourire autant qu’à rêver.

mercredi 1 juin 2016

Maisons

Venez découvrir notre vitrine du  moment, consacrée aux maisons, de toutes les formes et de toutes les couleurs !





Bibliographie sur le thème de la maison :

- 750 ans à Paris. Vincent Mahé, éditions Actes Sud Junior
- La cité des animaux. Emmanuelle Mardesson et Sarah Loulendo, éditions L'agrume
- Chez moi. Davide Cali et Sébastien Mourrain, éditions Actes Sud Junior
- Mes maisons du monde. Clémentine Sourdais, éditions Seuil Jeunesse
- Maisons - Maison. Elisa Géhin, éditions Thierry Magnier
- Toutes les maisons sont dans la nature. Didier Cornille, éditions Hélium
- La maison à travers les âges. Nathalie Lescaille-Moulène et Sébastien Plassard, éditions De la Martinière jeunesse
- Une maison, quel chantier ! Susan Steggall, éditions Rue du Monde
- Les Quiquoi et l'étrange maison qui n'en finit pas de grandir. Laurent Rivelaygue et Olivier Tallec, éditions actes Sud Junior
- Maisons. Adèle Tariel et Aude Brisson, éditions Kilowatt
- Un, deux, trois maison. Bernadette Gervais, éditions Gallimard giboulées
- Construire une maison. Byron Barton, éditions l'École des Loisirs
- Dix petits amis déménagent. Mitsumasa Anno, éditions L'École des Loisirs
- Iggy Peck l'architecte. Andrea Beaty et David Roberts, éditions Sarbacane
- Dans ma maison. Thomas Scotto et collectif d'illustrateurs, éditions La Maison est en Carton
- La maison en petits cubes. Kenya Hirata et Kunio Katô, éditions Nobi Nobi !
- Popville. Anouck Boisrobert et Louis Rigaud, éditions Hélium
- La Maison. Roberto Innocenti et J. Patrick Lewis, éditions Gallimard
- La maison dans les bois. Inga Moore, éditions Pastel
- Dans la petite maison verte. Marie-France Painset, éditions Didier Jeunesse
- La maison la plus grande du monde. Léo Lionni, éditions L'École des Loisirs
- Ouvre la porte. Mim et Nathalie Choux, éditions Albin Michel Jeunesse
- Bob & Marley, la maison. Frédéric Marais et Thierry Dedieu, éditions Seuil Jeunesse